International

João-Vitor, l’enfant star des évangéliques au Brésil


Evangéliques au Brésil - Congrès des enfants à l'église Assembleia de Deus de Salinas -  Du haut de ses 10 ans, João-Vitor a un charisme impressionnant. Il prêche depuis l'âge de 4 ans.

Ce reportage a été réalisé avant la crise du coronavirus.

C’est à plus de 18 heures de route de Rio de Janeiro que le congrès des enfants de l’Assemblée de Dieu s’ouvre à Salinas, dans l’Etat du Minas Gerais. Le thème de cette année : « De petits constructeurs pour une grande Œuvre ». L’Assemblée de Dieu est l’une des plus grandes congrégations évangéliques du Brésil : elle compte 22 millions de fidèles dans tout le pays. Pour ouvrir la célébration, les enfants entonnent louanges et chants à Jésus. Tous munis de casques de chantier – clin d’œil au thème choisi –, les bambins ont travaillé leur numéro toute l’année sous la houlette de Josyane, responsable des enfants au sein de l’église de Salinas – 1 500 fidèles dont 200 enfants, pour une ville de 40 000 habitants.

Lire aussi Au Brésil, l’essor spectaculaire des évangéliques

C’est alors que celui pour qui tout le monde a fait le déplacement est invité à se lever. Empoignant le micro, il demande à l’assistance d’un ton assuré si elle est heureuse avec Jésus. Et de répéter sa question plus fort afin que la ferveur de l’assemblée monte en puissance. Le ton est donné. João-Vitor Ota, du haut de ses 10 ans, prêchera une heure durant.

A chaque problème, une solution universelle : Jésus.

Hurlant dans son micro, l’enfant n’hésite pas à asséner des vérités, la foule lui répondant par des « Alléluia ! », main sur le cœur. Rompu à l’exercice, le jeune prêcheur montre combien la Bible peut répondre aux préoccupations quotidiennes de tout un chacun : problèmes de couple, soucis causés par les enfants, et même pensées suicidaires. A chaque problème, une solution universelle : Jésus.

Evangéliques au Brésil - Congrès des enfants à l'église Assembleia de Deus de Salinas -  Le prêche de l'enfant résonne fortement chez une fidèle.

Arrive le moment crucial du discours : « La colombe de l’Esprit saint est en train de descendre, annonce João-Vitor, qui veut la recevoir ? » Quittant l’autel, l’enfant vient toucher une femme, convoquant un cortège de personnages bibliques, de Néhémie à Lazare ou Isaac, avant de rejoindre son emplacement initial. Le discours s’accélère, mêlant questions et injonctions directes à la femme, tandis que l’assemblée est prise à témoin. La répétition entêtante des questions, la voix de plus en plus forte de l’enfant, finissent par faire entrer l’auditoire dans un état second. Bouleversée, la femme fond en larmes avant de se laisser choir au sol, soutenue par sa voisine. João-Vitor se fait plus doux et invite la jeune femme à se faire bénir en compagnie de sa voisine. Debout, il esquisse un geste de la main à l’attention des deux femmes, agenouillées à ses pieds.

Il vous reste 73.12% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: lemonde.fr

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer