International

Coronavirus : Trump annonce qu’il va « suspendre » toute immigration

Dans un tweet de fin de soirée, le président Donald Trump a indiqué, lundi 20 avril, qu’il allait suspendre toute immigration sur le sol américain. « Au regard de l’attaque de l’Invisible Ennemi, et face à la nécessité de protéger les emplois de nos extraordinaires citoyens américains, je vais signer un décret présidentiel suspendant l’immigration aux Etats-Unis », a écrit Donald Trump à 22 h 06, heure de New York, sur le réseau social.

L’annonce est délicate à interpréter, vu l’ampleur des mesures déjà mises en œuvre. Pour l’instant, les frontières des Etats-Unis sont fermées aux voyageurs venant d’Europe, d’Iran et de Chine en raison du coronavirus. Le trafic est réduit au strict minimum avec le Mexique et le Canada, tandis que le traitement des visas par les consulats américains est suspendu. L’immigration illégale à la frontière mexicaine est en chute libre, notamment en raison des mesures de confinement décidées dans les pays d’Amérique centrale d’où sont originaires la plupart des clandestins. Les autorités américaines renvoient aussi les demandeurs d’asile, y compris les mineurs.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : Donald Trump recommande un redémarrage des Etats-Unis en trois étapes

La presse prise par surprise

A moins de sept mois de l’élection présidentielle, le président républicain candidat à sa réélection semble mettre l’immigration à l’agenda politique. La situation de l’emploi est particulièrement tendue, 22 millions d’Américains s’étant inscrits à l’assurance chômage en moins d’un mois. M. Trump aura du mal à se prévaloir de son bilan économique et peut chercher promouvoir son slogan « l’Amérique d’abord ».

Prise par surprise, la presse américaine n’avait pas eu d’explications plus détaillées lundi soir. Nul ne savait la durée de la mesure, son moyen juridique et la manière dont elle affecterait les titulaires d’une « carte verte », le permis de travail permanent, ou de visas. Cette annonce est en contradiction apparente avec l’intention de Donald Trump de rouvrir l’économie américaine et lever progressivement les confinements imposés depuis un mois.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Président Trump, an IV : l’insurgé de la Maison Blanche

Selon Alex Nowratesh, directeur de l’immigration au think tank Cato Institute, interrogé par le Washington Post, M. Trump peut s’appuyer sur deux fondements juridiques : le code de la santé qui lui permet de stopper l’immigration pour des raisons sanitaires et la décision de la Cour suprême qui avait validé en juin 2018 sa décision d’interdiction des ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Ce serait sans précédent : même pendant la grippe espagnole de 1918 qui avait particulièrement affecté les Etats-Unis, Washington avait laissé entrer des dizaines de milliers d’immigrants.

Il vous reste 0% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source: lemonde.fr

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer