France

Convention citoyenne: Emmanuel Macron soutient la création d’une taxe carbone européenne

Le président de la République a défendu la création d’une taxe carbone en Europe, priorité qu’il s’est engagé à défendre dans les prochains mois au niveau des instances de l’Union européenne.

Le sujet d’une taxe carbone (appliquée aux carburants d’origine fossile) qui serait décidée et appliquée au niveau français est bien enterré, « même si la fixation d’un prix élevé du carbone est un levier puissant pour réussir notre objectif » a insisté Emmanuel Macron devant les 150 citoyens de la Convention pour le climat réunis ce lundi à l’Elysée. « Promouvoir l’idée d’une écocontribution européenne » fait partie de leurs 150 propositions.

« J’ai bien compris votre message à ce sujet: faites le d’abord sur le plan européen. Oui ! La priorité pour moi au cours des prochains mois c’est d’avoir véritablement une taxe carbone européenne » a commenté le président de la République.

« Avoir une taxe aux frontières, c’est clé »

Le principe de cette taxe carbone qui serait appliquée aux frontières de l’Union européenne consisterait à taxer les marchandises importées en fonction de leur empreinte carbone.

« Il s’agira de monter le prix de référence, d’avoir un prix plancher. Avoir une taxe aux frontières c’est clé si nous voulons non seulement tenir nos objectifs mais, comme on le doit, réhausser nos objectifs 2030 et avoir une trajectoire crédible. Cela est mon objectif des prochains mois en tant qu’européen » a déclaré Emmanuel Macron.

De nombreuses questions soulevées et non résolues

Mais il reste des questions à résoudre avant qu’une telle taxe puisse voir le jour en Europe: comment mesurer le carbone émis dans la fabrication et le transport des produits importés et quel prix fixer au carbone et avec quel calendrier? Et comment fixer cette taxe tout en respectant les accords de libre-échange et sans encourir les foudres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)?

C’est donc un long marathon européen qui attend Emmanuel Macron et ses partenaires européens, même si la question d’une taxe aux frontières de l’UE n’est pas nouvelle, et a toujours été soutenue par la France.

Frédéric Bergé

Source: bfmtv.com

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer